Association pour la légalité des opérations et mouvements bancaires

jeudi 25 octobre 2012

L'histoire très bonne et très joyeuse de la banque populaire de Pont à Mousson



Par Gérard Faure-Kapper

Pont-à-Mousson, ville située sur la Moselle comme pour séparer les deux grandes rivales, Metz et Nancy.

Pont-à Mousson, son château (*intéressant), sa cathédrale (**mérite le détour) et surtout sa Banque Populaire (***vaut le voyage).

Cette banque, située non loin de la "maison des sept péchés capitaux" est placée entre un opticien à sa droite, Alain Afflelou, qui arbore sur sa vitrine "partez sans payer !" et à sa gauche, un magasin de farces et attrapes.

Sur la photo, de nombreux jeunes ado attendent. Mais pourquoi grand Dieu ?

Parce que cette banque accordent des crédits aux mineurs. Non pas les nobles gueules noires nombreuses dans la région, mais les ados.

Je prends un exemple que j'ai sous les yeux. Un jeune vient avec ses parents le 8 décembre. Il aura 16 ans dans 12 jours, mais pour l'instant il n'en a que 15. Malheureusement la "carte" c'est à 16 ans. No blème pour l'employé. Il retire un zéro pour le faire naître le 2 décembre. Et voici qu'il fêtera son anniversaire le jour de la victoire d'Austerlitz.

Où est le mal de retirer un zéro? Des zéros, il y en avait tant, des minces, des gros, j'en faisais des tunnels pour Charlot, des auréoles pour St François...

Comme ça, il a une carte.

Et puis, trois mois plus tard, la banque favorisant le vieillissement accéléré, accorde un découvert de 300€ à ce jeune de 16 ans. Inutile de dire que c'est impossible pour un mineur, mais la banque l'a fait quand même.

Comme il faut bien leur apprendre la vie et que tout se paie, la banque prélève quelques frais. Le découvert étant de 300€, les frais seront de 300€, comme ça, pas de jaloux. Donc notre jeune client doit 600€ à la banque. C'est en apprenant l'usure très jeune qu'il saura s'en méfier plus tard.

Seulement en sortant, il tombe sur la vitrine d'Afflelou où est inscrit: "Partez sans payer !" Il est fou ce mec, mais pourquoi pas. D'autant plus que la banque n'a strictement aucun moyen juridique pour récupérer son prêt usuraire;

Vous imaginez la tête du tribunal si la banque lui sort: " Nous avons fait un prêt à 100% d'intérêt à un jeune de 16 ans dont nous avons falsifié la date de naissance, et il ne veut pas payer". La salle d'audience ressemblera à Gravelotte car ils seront tous morts de rire.

Et c'est ce qui explique le défilé des jeunes pour avoir un crédit non remboursable. Il est fou, il est fou...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire