Association pour la légalité des opérations et mouvements bancaires

vendredi 26 octobre 2012

Ils nous ont torpillés, ils ne viendront pas nous piller.



Communiqué du Collectif des Entrepreneurs Dijonnais
collectif.entrepreneurs.dijonnais@orange.fr

Ils nous ont torpillés,
ils ne viendront pas nous piller !


Mondialisation ? Europe ? Crise ? Non ! Guerre économique mondiale …Chaque jour un peu (beaucoup) plus profitable pour certains et faisant des autres des laisser pour compte, de la « chair à canon ».

40 années d’incurie, d’égoïsme, de soi- disante solidarité nous ont conduits à la décrépitude et à l’exaspération. Inhumain …

Dans une France en pleine déliquescence qui a perdu sa fierté, son autonomie et tout esprit d’initiative, nous devons nous unir car si aujourd’hui est compliqué, demain sera pire encore.

Nous sommes écrasés entre les déserteurs fiscaux et les fonds étrangers qui subtilisent notre patrimoine, nos savoirs et nous conduisent à la misère. Notre pays est asphyxié, paralysé par une accumulation de normes, de réglementations, de paperasseries et d’interdictions trop souvent établies par des technocrates n’ayant aucune expertise dans le domaine.

Nous sommes obligés de constater la situation des Grecs, des Espagnols et des Portugais : toujours plus pour toujours moins ! Jusqu’où ? Jusqu’à quand ? Si nous ne nous ressaisissons pas immédiatement, nous connaitrons inéluctablement le même sort. Ne pas le prévoir nous rendrait coupable.

Emploi, accès aux soins, logement, énergie, transport, alimentation, éducation, taxes, impôts : tout devient compliqué et inaccessible. Nous sommes dans le mur et nous continuons d’accélérer. Devons nous inexorablement poursuivre notre appauvrissement ? La dette française nous contraint déjà à 62000 € par ménage. Les peuples doivent-ils payer pour le comportement dévoyé et planétaire de quelques uns ? Se coucher devant les marchés financiers n’est sans doute pas le meilleur moyen de les ramener à la raison. Ils se goinfrent avant l’apocalypse qui elle viendra car tout a une fin.

Salariés, artisans, commerçants, entrepreneurs, agriculteurs, fonctionnaires, demandeurs d’emploi, surendettés, retraités, tous nous seront terrassés avant d’être oubliés sur l’autel de la finance. Nous naviguons à pleines voiles vers le chaos.

Souvent issus du peuple et désargentés, nous, entrepreneurs indépendants et enthousiastes, porteurs d’un projet et voulant croire au juste retour de nos efforts, notre actualité est une torture : les bons de commande se raréfient, les délais de paiement des clients sont toujours plus longs et nous mettent en délicatesse avec nos propres fournisseurs, les frais bancaires exponentiels et …. illégaux s’accumulent, les charges sociales sont toujours plus élevées et aux calculs incompréhensibles (RSI …) et la fiscalité devient confiscatoire.

Lequel d’entre nous en cas d’échec est prêt à :
  -   Être ridiculisé et humilié sur la place publique ? (eh oui son échec doit être largement diffusé par voie de presse …. à l’inverse de bien d’autres faits scandaleux et révoltants) 
-         A perdre sa famille et ses amis ?
-         A voir venir chez lui au besoin par effraction et devant ses voisins,  un huissier, un serrurier et deux témoins pour saisir et bientôt enlever devant ses enfants ses quelques meubles qui sans délai ni recours seront vendus pour une bouchée de pain par des gens qui n’ont jamais rien risqué, à des vautours qui, comme pendant les guerres, n’ont d’autres raisons que de s’enrichir sur le dos de ceux qui vont au combat et que souvent ils ont contribués à faire perdre ? La simple lecture d’un « acte de vente mobilière aux enchères publiques par autorité de justice » est révélatrice !!) 

Pour nous tous, la réponse est NON et beaucoup vont au désespoir. La presse nous rapporte 12000 suicides par an en France (sur 220000 tentatives). Le jour n’est sans doute plus lointain ou certains feront un choix plus violent encore … De pionnière et inventive, la France est devenue une formidable machine à broyer les volontés et une grande entreprise de démotivation.

Contraints, laminés, appauvris, harcelés, nous sommes nombreux arrivés à la limite ultime du supportable. Nous devons prendre nos destins en main avant que l’interrupteur social ne bascule sur « EXPLOSION ». Pour certains déjà l’espoir s’est éteint, beaucoup se résignent. Austérité, pessimisme et repli sur soi sont voués à l’échec.

Nous tous, cercles de réflexions, associations de défense des citoyens et des entreprises, nous devons nous organiser pour que tous ensemble nous fassions cesser ces injustices humaines et sociales. Pour une France de demain qui gagne et encourage ses enfants, jeunes et moins jeunes, relevons le seul défi qui vaille : VIVRE

Parce que le problème est global et concerne par delà nos entreprises le plus grand nombre, nous devons nous rassembler et fixer nos axes de combat :
-         Rendre lisible et à juste niveau les cotisations RSI
-         Obliger les banques à pratiquer des frais conformes à la législation. Nous avons dû si souvent les recapitaliser alors qu’elles créent les crises et exploitent la misère dont elles sont à l’origine…..
-         Reconsidérer les taux d’intérêt des crédits révolving. Passés et à venir
-         Recalculer les dossiers des surendettés qui sont pour plupart  dus à des taux usuraires
-         Mettre les huissiers dans l’impossibilité de saisir et vendre nos biens
-         Recueillir au jour le jour et centraliser pour une large diffusion, articles et rapports de faits et actions scandaleux et révoltants
-         Alerter et informer les médias locaux et nationaux constamment
-         Annoncer dès maintenant une candidature aux prochaines élections présidentielles. Seul moyen de créer un électrochoc et seule chance d’être entendu du plus grand nombre au journal de …. 20h !
-         etc.  etc ….

Laisser aller, laisser faire, ne feront que précipiter la tragédie, « notre » tragédie. Nous n’avons que peu de temps pour agir. Agir pour ne pas subir.

Evidemment, nous sommes conscients que nous ne pourrons pas inverser le cours du monde mais au moins nous ferons œuvre utile et salutaire en leur interdisant de nous piller.

Par delà toute compromission politique
Par delà toute influence syndicale

LA RÉSISTANCE, C’EST MAINTENANT

N’hésitez pas à nous faire part de vos avis et remarques pour la mise en application de ce projet

Signé : Collectif d’Entrepreneurs Dijonnais

4 commentaires:

  1. Les problèmes des entrepreneurs sont significatifs, et même si les salariés et le reste de la populations n'ont pas exactement les mêmes, comme ceux de faire face directement aux banques, il faut que le peuple tout entier s'unisse pour retourner cette situation qui nous mène à une catastrophe sans nom ! Présenter un candidat aux élections c'est bien mais pas suffisant, ce sont les puissants lobbys qui nous volent qui sous couvert des médiats choisissent qui a le droit d'être mis en valeur pendant la campagne. Des guignols télévisuels auront vite fait de ridiculiser votre candidat peu importe qui il sera. Il faut aller plus loin, se regrouper et faire pression, sur la consommation notamment ! Surtout il faut informer les gens encore trop inconscients de la situation et rallier le peuple tout entier contre ceux qui nous pillent en se servant directement dans nos poches par un crime organisé devenu officiellement légal.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis tout coeur avec vous mes amis

    RépondreSupprimer
  3. Ayant été artisan, je peux vous soutenir en connaissance de causes. Il y a 1% d'humains qui détiennent les richesses mondiales ! Il faut que ce capitalisme qui tue s'arrête. Et que nous réagissions ... maintenant ! Si des manifs sont prévus dans le sud : Avignon, Marseille ... , je serai présente.
    Bien à vous

    RépondreSupprimer
  4. il en était temps.
    Soulevons nous
    Résistons !
    Capitalisme et Socialisme ca suffit de payer pour ces sangsues d'élus.
    Vive la liberté retrouvée.
    Et que l'Etat et ses amis creanciers banquiers soient réduits à ce qu'ils sont, des rapaces se nourissant sur la bête agonisante que sont les indépendants, TPE PME et leurs salariés qui n'y survivront pas non plus.

    RépondreSupprimer