Association pour la légalité des opérations et mouvements bancaires

mardi 15 février 2011

Vague de suicides: le pire est à venir !



« Une petite fille de huit ans court vers le garage. La table est mise, le repas est prêt. Sa maman lui a demandé d’aller chercher son papa qui bricole au garage depuis ce matin. Elle l’appelle, ouvre la porte et pénètre dans le local. Personne ne lui répond… »

« Une mère de famille sort du supermarché en poussant son caddy. Elle est accompagnée du petit dernier qui trottine derrière. Elle se dirige vers sa voiture quand son portable sonne. C’est le capitaine de la gendarmerie de la ville au sujet de son fils ainé. Elle le croyait au travail mais aujourd’hui il s’était curieusement absenté… »

« A l’atelier 5, une machine s’arrête. De toute évidence, une pièce a lâché à l’intérieur. L’ouvrier qui la manœuvrait coupe le courant. Il sort et se dirige vers le préfabriqué qui abrite le bureau du contremaître. Il entre, appelle son contremaître. Personne ne répond. Derrière le bureau, il aperçoit les deux chaussures d’un homme allongé au sol… »

En France, chaque 45 minutes, ce funeste scénario se reproduit. Chaque 45 minutes un homme ou une femme a décidé de mettre fin à ses souffrance.

12.000 personnes nous quittent ainsi chaque année, sans que ce chiffre diminue. Bien sûr, nous savons que c’est un problème complexe et qu’il y a une multitude de causes.

Il y a 25 ans, il y avait 12.000 morts par suicide et 12.000 dans les accidents de la route.

En 25 ans, les accidents de la route ont baissé de 60%. Tout le monde s’est mobilisé. Il fallait agir sur les routes, et l’État a financé. Il fallait agir sur les véhicules et ce sont les constructeurs qui ont été mis à contribution. Enfin une répression implacable a fait changer le comportement des conducteurs. Le résultat est là, des milliers de vies sont sauvées.

En 25 ans, les suicides n’ont connu qu’une baisse de 20%. Pour que ce chiffre baisse, il faut une action sur chacune de ses causes. L’APLOMB a décidé d’agir fermement sur les raisons financières. Pour cela, il faut imposer aux banques de respecter la loi.

Nous demandons à chacun de nous aider. Comment ? Simplement en diffusant les messages de notre blog, à ses contacts, à ses amis, à ses groupes, partout. C’est en développant notre communication que nous pourrons ouvrir la polémique. A un an des présidentielles, nous aurons des résultats intéressants.

L’Association Pour la Légalité des Opérations et Mouvements Bancaires compte sur vous pour que nous ne recevions plus ces maudits coups de fil.

3 commentaires:

  1. il y a un mois un agent de la poste de paris 15 s'est suicidée parait-il des problèmes personnels, je ne saurais jamais pourquoi ni comment elle s'est jetée d'une fenêtre pendant son travail.

    RépondreSupprimer
  2. et un autre de plus qui a réglé sa dette :
    http://www.lindependant.fr/2012/10/02/le-locataire-endette-saute-par-la-fenetre-a-l-arrivee-de-l-huissier-et-se-tue,169084.php

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer